Les masques difficiles à trouver au Maroc, malgré une production de 5 millions d’unités par jour

Le Maroc produit 5 millions de masques par jour. Pourtant, ils restent difficiles à trouver. Malgré les circuits de distribution définis par l’État, les spéculateurs s’emparent de grosses quantités pour les revendre au prix fort.




Le ministre de l’Industrie et du commerce, Moulay Hafid Elalamy, avait promis que 5 millions de masques de protection seraient distribués, à partir de mardi dernier, aux marchés et commerçants de détail. Pourtant, les citoyens ont toujours du mal à s’en procurer, que ce soit dans les différents centres commerciaux ou les épiceries.

Une situation qui a contraint certains à réutiliser les masques «grand public» de peur d’être pénalisés, ou à tenter de les désinfecter malgré les risques encourus pour leur perméabilité. Le problème se pose, aussi, pour les masques de qualité dont le même ministre avait annoncé, vendredi 10 avril, qu’ils seraient disponibles en grandes quantités dans les marchés, pour répondre aux besoins de la demande nationale.




Mais, lundi, les centres commerciaux se plaignaient encore de ruptures de stocks. Les raisons sont diverses. Selon certaines sources, cette fausse pénurie est d’abord due au manque de contrôle du circuit de distribution que l’Etat avait défini pour les sociétés de production.

D’autres sources attribuent cette carence au prix de vente réglementé qui pousse les intermédiaires et les spéculateurs à s’emparer des masques pour les revendre à un prix supérieur à celui fixé par les pouvoirs publics.

Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du mardi 21 avril, que la plupart des commandes faites par les commerçants aux sociétés de production de masques ne sont satisfaites qu’en partie. Le plus gros des commandes est, en effet, détourné par les intermédiaires.




Ils sont détournés pour une revente au prix fort atteignant parfois jusqu’au triple du prix d’origine. Du coup, les quantités destinées aux marchés à travers les canaux déterminés par les autorités publiques s’en trouvent fortement réduites, faute d’un contrôle de la source au point de vente.

Sinon, comment expliquer la disparition de 5 millions de masques de protection produits chaque jour dans les usines? Certains estiment que le prix réglementé de 80 centimes l’unité a profité aux seuls intermédiaires et aux spéculateurs qui ont acheté de grosses quantités de masques pour les revendre avec une forte marge bénéficiaire.

D’autant que l’État, en la personne du ministre de l’Economie et des finances, avait auparavant fixé le prix du masque à 2,50 dirhams. Un prix trois fois supérieur, donc, qui avait même été publié au bulletin officiel.




À lire aussi: